Présentation à Centrale-Énergies

John Laurie, président de Progrès Nucléaire, a été invité mercredi dernier par le Groupe Professionnel Centrale-Énergies pour parler de la technologie des réacteurs à sels fondus.

John était en compagnie de Daniel Heuer (directeur de recherche au CNRS et responsable du projet MSFR), Guillaume Campioni (Ingénieur-chercheur au CEA) et Dominique Grenèche (Nuclear Consulting).

John a parlé des changements de paradigme nécessaires pour un nucléaire du futur dont la conception de la technologie répondrait en premier aux besoins humains.

D’abord, pour réduire le coût du nucléaire, il faut concevoir des réacteurs qui éliminent intrinsèquement les dangers à la source (concept novateur des réacteurs à sels fondus) plutôt que de chercher à réduire les risques d’une technologie qui comporte des dangers intrinsèques (technologie actuelle des réacteurs à eau pressurisée).

Ensuite, concevoir des petits réacteurs modulaires (SMR = Small Modular Reactors) permet de produire la totalité des éléments du réacteur en usine et ensuite de les transporter facilement par voie routière (la dimension permettant de passer sous les ponts) ou maritime. Produire des réacteurs en usine pourra permettre à terme de concevoir des réacteurs à prix beaucoup plus modestes, avec une plus grande flexibilité sur la localisation des réacteurs.

Enfin, le nucléaire traditionnel, depuis la conception de la bombe atomique, a toujours été le grand terrain de jeu des physiciens. Mais la fission nucléaire est à l’interface entre la physique et la chimie. Pour démarrer la deuxième ère nucléaire, un troisième acteur devra donc entrer en jeu : l’architecte atomique. Son rôle sera de développer le concept avec le plus de valeur pour le client, en utilisant toutes les astuces dans les boîtes à outils de la physique ET de la chimie pour développer une technologie avec le potentiel de concurrencer les carburants fossiles sur tous les marchés de l’énergie.

Les slides sont disponibles ici. Pour l’intégralité de la présentation, nous vous invitons à regarder la vidéo !

 

Publicités

Audition au parlement – Réacteurs à sels fondus

Jeudi 24 Mai 2018, l’OPECST (Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) a demandé a Elsa Merle, professeur à Grenoble INP et chercheur au CNRS, de présenter la technologie des réacteurs de 4ème génération à combustible liquide. Cette présentation prenait pour cadre une audition publique sur l’avenir du nucléaire en France, présidée par Cédric Villani et par Emilie Cariou. C’était la première fois que l’équipe du CNRS a eu l’opportunité de présenter au parlement leur travail sur les réacteurs à sels fondus (MSR) grâce, entre autres, à l’engagement de l’association Progrès Nucléaire.

Présentation d’Elsa Merle sur les réacteurs à sels fondus.

Elsa Merle a montré durant son intervention :

  1. La sûreté intrinsèque des réacteurs à sels fondus.
  2. La flexibilité des MSRs dont la capacité à varier rapidement leur puissance peut constituer un parfait complément aux énergies renouvelables.
  3. La possibilité d’incinérer les déchets radioactifs et réduire significativement les matières nucléaires envoyées aux déchets.

En conclusion, sur comment réaliser un projet MSR français, elle a insisté sur le besoin de financement et de partenariats. Le CEA s’est quant a lui dit prêt à démarrer un projet MSR si le gouvernement lui demandait.

Extraits d’interventions dans l’audition publique portant sur la technologie des réacteurs à sels fondus.

Le diaporama présenté par Elsa Merle est disponible ici :

AuditionOPECST-ReactGen4Liquid

Le compte rendu de l’audition publique est disponible ici.